Violence, dopage : les dossiers


A l’heure actuelle, le sport est utilisé comme un vecteur d’épanouissement personnel, mais aussi comme un outil d’éducation, de socialisation et d’intégration.
Le sport peut constituer un élément essentiel de l’équilibre physique et psychique de l’individu et les « valeurs classiques » du sport réclament de la rigueur et de l’éthique.
Pourtant, des dérives de dopage, de violence, d’incivilité, et de non respect des règles sont constatées tous les jours, et malheureusement pas uniquement dans le sport de compétition des adultes.
Elles gagnent à des degrés divers tous les lieux de pratique sportive : les clubs sportifs, les équipements d’animation, les gymnases scolaires...


 

LE DOPAGE

Aucun sport, ni aucun niveau de pratique sportive n’est maintenant épargné par le dopage. Que ce soit la pétanque, le cyclisme ou les échecs, pendant la compétition ou la pratique sportive de loisirs en club ou hors club, le dopage sévit partout. Les pratiques de dopage commencent de plus en plus tôt. Le plus jeune sportif contrôlé positif en France avait 8 ans. Le dopage est interdit par la loi et il est dangereux pour la santé.

 
 

LA VIOLENCE

Selon un récent rapport de l’Inserm, les conduites violentes des jeunes ont globalement augmenté dans les collèges. 16834 jeunes ont été tirés au sort dans 400 collèges et lycées dans 85 départements de France métropolitaine et ont répondu à un questionnaire sur les violences physiques et verbales subies ou commises dans les 12 derniers mois. Près de la moitié se disent victime de violences verbales, près d’un garçon sur quatre et d’une fille sur huit déclarent avoir reçu des coups. La violence et les incivilités font malheureusement aujourd’hui partie de la vie des enfants et des jeunes et ces phénomènes tendent à se banaliser. Le sport n’est pas exempt de la violence physique et de la violence verbale.

 
 

Pourquoi agir ?

TOUTE UNE EQUIPE EST A VOTRE DISPOSITION POUR COMMENCER, POURSUIVRE OU REVITALISER UNE ACTION DE PREVENTION AUPRES DES ENFANTS, DES JEUNES ET DES ADULTES.

Depuis 1994, notre objectif est de lutter contre la banalisation, la généralisation de ces dérives dans le sport.
Nous avons entamé une réflexion en considérant que la prévention est avant tout un travail d’éducation, nous affirmons qu’il ne suffit pas de réprimer, de punir mais qu’il faut aussi informer, discuter, sensibiliser et même s’engager activement.
La prévention ne peut réussir que s’il s’agit d’un effort coordonné, concentré, continu, cohérent, dynamique et dynamisant.

Depuis plus de 10 ans, l'Union Nationale Sportive Léo Lagrange propose des outils pédagogiques de prévention qui donnent aux enfants et aux adolescents, des moyens de résister, de construire eux-mêmes leurs propres réponses et leurs propres défenses face à la violence, à la triche et au dopage.

Il est nécessaire de développer des préventions qui visent les causes, les problèmes de fond qui mènent les individus à des comportements de violence, de délinquance, de dopage et de triche. La prévention est avant tout un travail d’éducation.

La recherche du beau jeu, de la convivialité, du fair-play et de l’esprit sportif doit être plus forte que l’attirance pour le jeu dur, la violence ou la triche. Ceci n’est pas pédagogiquement impossible et sportivement contre-nature.

La grande majorité des sportifs n’est pas conditionnée à priori sur la gagne à tout prix, ni sur le dopage au détriment de la santé.

Il y a là un défi pédagogique que nous relevons parce que nous en faisons notre priorité.

 

 

Copyright UNION NATIONALE SPORTIVE LEO LAGRANGE 2004-2017